Saleté de pression sociale

Je ne sais pas si j’emploie correctement ce terme, mais c’est le seul terme qui me vient à l’esprit quand je pense à toutes ces choses que je fais ou ne fais pas à cause du regard des autres. Quand je parle du regard des autres, je parle des jugements que l’on pourrait porter sur moi ou des remarques que l’on pourrait me faire.

Je voudrais…

Être capable de quitter cet emploi financièrement confortable dans lequel je m’ennuie tant pour enfin travailler dans un domaine où je me sente réellement utile et pour lequel je n’aurais pas l’impression de perdre ou gâcher du temps.

Être capable d’assumer de redescendre dans l’échelle « sociale professionnelle » et de gagner trois fois moins qu’aujourd’hui.

Être capable de m’arrêter de travailler pour un temps, pour profiter de l’arrivée de mon petit garçon, pour aller chercher Mlle R à l’école tous les jours et prendre le temps de réfléchir à une réorientation professionnelle.

Être capable d’assumer que ma participation financière aux frais de mon ménage soit réduite à des clopinettes… du moins pour un temps.

Être capable d’accepter et de comprendre que Mr P ne voit pas les choses comme moi et que NON il n’aura pas l’impression d’être avec une ratée, flemmarde de surcroît, qui a tout plaqué pour son petit bien-être personnel.

Parfois je me dis que cette pression sociale est uniquement dans ma tête et qu’après tout, même si elle est bien réelle, je devrais m’en foutre ! Me dire que le plus important c’est l’équilibre de mon cocon familiale, Mr P, mes enfants et moi.

Mais cette pression, qu’elle soit réelle ou non, je la ressens, je l’imagine, je l’amplifie très certainement et elle me bloque.

J’admire le courage de ceux qui lâchent tout pour repenser leur vie et qui font le choix de suivre un autre chemin, hors des sentiers battus.

J’espère qu’un jour je serai capable de sauter le pas moi aussi.

J’espère seulement qu’il ne sera pas trop tard…

e1e1

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un livre par année fêtée {tradition familiale #2}

Je souhaite relayer les traditions passées, celles de ma famille, je vous en ai parlé ici avec le berceau en bois, mais j’ai également à cœur de participer et d’intégrer celles de Mr P.

L’une d’elles, que j’aime beaucoup, c’est celle des livres aux anniversaires.

A chacun de ses anniversaires jusqu’à ses 18 ans, Mr P a reçu de ses parents autant de livres que d’années fêtées. Cette tradition lui a donné le goût de la lecture (à l’époque où moi mon papa me donnait goût à la télé et aux Disney ♥). Bien sûr, ce n’était pas ses seuls cadeaux, mais ces livres l’ont beaucoup marqué et il a tenu à perpétuer la tradition avec Mlle R.

Pour ses un an, son papa lui avait donc choisi avec soin (et beaucoup d’amour) son 1er livre sur lequel il était venu inscrire son prénom, son nom et la date de son 1er anniversaire.

Ce livre a beaucoup plu à Mlle R. Quand je les voyais tous les deux assis sur le canapé du salon en train de lire et jouer à « Où est…la coccinelle? » mon cœur faisait boum boum.

Pour ses 2 ans Mr P et moi nous étions donc mis en quêtes d’un livre chacun : 2 livres pour ses 2 ans.

Moi j’ai choisi « Le loup qui voulait changer de couleur ». Un super livre sur le thème de l’acceptation de soi qui permet également de travailler les couleurs et de commencer à se familiariser avec les jours de la semaine. Il est souvent exploité par les instits en maternelle et au CP.

le-loup-qui-voulait-changer-de-couleur le-loup-qui-voulait-changer-de-couleurC’est un livre un peu compliqué pour une enfant de tout juste 2 ans peut-être, mais il a été parfait pour l’accompagner vers ses 3 ans.

Dans quelques semaines, Mlle R fêtera ses 3 ans, nous commençons donc à réfléchir à 3 nouveaux livres…

Des idées de livres à me conseiller pour une enfant de 3 ans?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

Graines de Potimarron grillées [Less Waste #5]

Le froid est arrivé, l’heure des soupes maisons a sonné!

Une de mes recettes préférées, c’est la soupe aux potimarrons. Simple et efficace comme je les aime : 2 potimarrons, 4 grosses pommes de terre, un gros oignon revenu dans un peu de beurre…. et hop 30 minutes à la cocotte-minute… Mixez, c’est prêt!

Je prends toujours des potimarrons bios afin d’en conserver la peau. D’abord parce que peler un potimarron c’est difficile (chiant) et aussi parce que sa peau cuite a un délicieux petit goût de châtaigne.

Jusqu’à présent, je jetais toujours les graines mais récemment j’ai tenté une recette Zéro Waste : les graines de courges grillées.

graines-de-courge-grillees-3

Voici la recette :

  • Préchauffez votre four à 180° (th 6)
  • Évidez le potimarrons
  • Rincez les graines afin d’en retirer la pulpe (pas sûr que l’on puisse parler de « pulpe » dans le cas d’une courge…)
  • Séchez-les dans un torchon, pas dans du sopalin, la planète vous dit Merci ;)
  • Dans un bol, ajoutez à vos graines 2 bonnes cuillères à soupe d’huile d’olive, du sel et l’épices de votre choix (curry, cumin, curcuma, paprika,…)
  • Sur une feuille de papier sulfurisée (si vous connaissez une alternative zero waste je suis preneuse) faites cuire vos graines pendant 20 min et passez en mode grille 2-3 minutes avant la fin.

C’est prêt! C’est délicieux pour l’apéro, à manger comme des pipas (graines de tournesol).

graines-de-potimarron-grillees graines-de-potimarron-grillees-2 graines-de-potimarron-grillees-3 graines-de-potimarron-grillees-4graines-de-courge-grillees-2

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 2 3 4 5 20